LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, DISTINGUE CAMARADE PRESIDENT DU PARTI DEMOCRATIQUE GABON SON EXCELLENCE ALI BONGO ONDIMBA.

 

12798913_1065131436841371_7456926352831727991_n

Nous, membre du Parti Démocratique Gabonais (PDG) du département du Ntem à Bitam prenons la plume par ce biais pour s’adresser à vous. Distingué Camarade, cette démarche traduit la difficulté qu’il y a  à vous rencontrer au quotidien, vivement pour nous que l’écho de notre tribune retienne votre attention.

Distingué Camarade,  nous pédégistes du département du Ntem à Bitam disons OUI au Dialogue Mais...

Excellence, c’est avec du sang et des larmes que nous sommes sortis de votre élection du 27 aout 2016 dans le département du Ntem à Bitam. Mais grand a été notre surprise, militants et sympathisants du PDG  d’apprendre des premières mesures que vous avez prises suite à votre prestation de serment en faveur du département du Ntem.  

Distingué Camarade, à titre de rappel, permettez-nous de vous dire que plus de  2300 militants et sympathisants  du parti ont cru en vous lors de la dernière élection présidentielle. Convaincu de porter haut le flambeau de notre parti, c’est avec courage et détermination que nous avons fait face à l’adversité, bravant ainsi les dangers et les violences organisées dans un département pris en otage par les partisans extrémistes de l’opposition dite radicale. Mais ces injures et menaces physiques n’ont pas affaibli notre détermination à soutenir votre candidature contrairement à certains qui se cachaient, mieux qui vous niaient publiquement.

A ce jour, il ne fait l’ombre d’aucun doute que ces violences dont les principaux instigateurs sont connus à travers les appels à la haine, la division et au mépris des Institutions de notre République ont causé des dégâts humains et matériels au point de susciter l’indignation au sein des familles, menaçant ainsi les principes fondamentaux de notre vivre ensemble et la cohésion sociale prôné par nos pères fondateurs Léon  Mba et Omar Bongo Ondimba.

Dans le même temps, nous les 2300 n’avons pas oublié le « masque de l’horreur »  porté par le président d’un parti se réclamant de l’opposition avec qui vous négocier aujourd’hui au détriment des fils et filles du département du Ntem qui ont cru en vous Excellence. Oubliant même que ce dernier a publiquement réclamé l’extermination des militants pédégistes du Ntem sans compter son obstination à remettre en question votre nationalité. 

Plus encore, les militants et sympathisants  qui ont porté leur choix sur vous viennent d’apprendre avec stupéfaction et indignation que la nomination de l’actuelle Ministre des transports et de la Logistique, a été proposé par René Ndemezo’o Obiang du parti Démocratie Nouvelle au moment où des compatriotes  de notre département s’attendaient à ce que ce dernier soit interpellé  par la justice afin qu’il s’explique au regard de sa responsabilité dans les évènements tristes survenus à Bitam et à Libreville à l’instar d’autre compatriotes auditionnés actuellement sur les mêmes faits au lendemain de la proclamation des résultats électoraux.

Dans le contexte ou la justice a décidé de faire la lumière sur la nature et les auteurs des violences orchestrées sur toute l’étendue du territoire, les militants et sympathisants de notre parti estiment que les présumés coupables identifiés ne doivent et ne peuvent en aucun cas se saisir de votre « main tendue » ou « d’approuver » simplement un acte d’adhésion au « dialogue national inclusif » pour espérer une sorte de virginité au sein de l’opinion publique. Distingué Camarade en acceptant le rapprochement de René Ndemezo’o vous ouvrez la brèche de la déchéance et l’affaiblissement politique dans le département du Ntem de vos militants que nous sommes.

Sur cet aspect, nous vous rappelons que par le passé vous avez solennellement déclaré que les coupables c’est-à-dire les donneurs d ordre et  non des seconds couteaux  en détention devront répondre de leurs actes alors ne nous abandonnez pas monsieur le Président. Transformez ces paroles en actes pour la préservation de l’intérêt général et singulièrement de ceux qui ont cru en vous dès la première heure.

Enfin, les militants et sympathisants du  PDG expriment leurs profondes préoccupations sur le risque de démobilisation des membres du parti dans le département du Ntem au détriment de nos adversaires politiques d’hier et devenus vos amis aujourd’hui. Par conséquent nous aurons les difficultés à convaincre nos électeurs aux prochains législatives faute de n’avoir pas été valorisé par notre parti. Distingué Camarade, en collaborant avec le Président de DN, vous contribuez directement à l’ambition éternelle de René Ndemezo’o qui est d’exercer une hégémonie politique à Bitam pour la préservation de ses intérêts personnels et égoïstes.  Mais tenez-vous bien ce monsieur n’a plus de base politique à Bitam encore moins dans le département car depuis 2009 nous suivons avec attention le processus électoraux  dans la commune et les vrais résultats sont connus de tous.  Le pire c’est qu’en collaborant avec Ndemezo’o vous vous créez des nouveaux opposants les plus farouches que René Ndemezo’o.

Aujourd’hui, les militants et sympathisants du PDG à Ntem  que nous sommes se posent plusieurs questions dont vous détenez les réponses à savoir :

-          Faut-il souvent démissionner du parti pour être considérer ?

-          La fidélité et la loyauté  au parti sont-elles devenues des valeurs négligeables ?

-          La trahison et la médisance sont-elles devenues les valeurs fondamentales de notre parti ?

-           Faut-il continuer à subir l’hégémonie de nos détracteurs ?

-          Un opposant vaut-il qu’un militant loyal du parti ?

Nous attendons les réponses par les faits Distingué Camarade, car nous  sommes dans l’incertitude totale face à un homme qui promet des représailles à notre encontre depuis votre rapprochement.

Excellence votre silence entrainerait de facto les mécontentements perpétuels au sein de notre parti. Dans l’optique de pallier à cette situation, nous ne pouvons clore notre lettre sans faire des propositions concrètes pour  mieux valoriser notre parti.

Sur le plan politique :

-          Renouer le dialogue avec les leaders politiques de notre département ;

-          Valorisation des cadres du Ntem sur la base des résultats électoraux ;

-          Consultation des cadres politiques du Ntem sur la réalité du terrain ;

-          Associer les cadres politiques du PDG dans les discutions avec les opposants du Ntem ;

 

Au regard de ce qui précède, nous sollicitons votre protection.  

Telle est l économie de notre réflexion constructive.

Salutations militantes et entier dévouement.

                       

                                                                                                                          Pédégistes du Ntem.