Brice-Laccruche-Alihanga-et-Eric-Dodo-Boungouendza-au-siège-du-PDG

Cette interrogation est dans la bouche de tous les PDGistes du Gabon depuis que le Directeur de Cabinet du DCP est venu dire devant tous les cadres que la liste des candidats PDG aux législatives sortira dans 10 jours. Cette déclaration devenue mensongère aujourd’hui démontre le niveau d’amateurismes des membres de l’Exécutif du PDG.

 

Cette sortie tonitruant du DCDCP est sans pareil dans l’histoire politique du PDG. Un haut cadre qui ment aux cadres de son parti sous la barbe du SG. Diantre, le SG ne savait-il pas que le DCDCP prononçait un discours mensonger ? se demande aujourd’hui le Camarade Jean O membre du Bureau Politique. Cette interrogation est partagée  par un haut cadre du parti de la province du G7  qui se demande aussi s’il n’y a plus  de communication entre le SG et le DCP ?    

Face à cette gestion improvisée et mensongère du PDG, certains membres aujourd’hui se demandent bien si ce parti n’est pas en phase de devenir un tigre en papier.  Depuis l’arrivée des émergents, le PDG est devenu un parti sans une gouvernance claire et partagée. On ne sait plus  qui prend les décisions pour sa gestion.

Les membres du Comité Permanents et ceux du Bureau Politique ne sont que de nom car ils  ne sont  pas associés ou consulter par le DCP dans la prise de décision concernant leurs circonscriptions politiques. La désignation des candidats et des cadres administratifs à l’époque d’Omar Bongo était une affaire des Comités Permanents et des Bureau Politiques. Ces derniers proposaient au DCP les listes de leurs meilleurs soldats capables de défendre le PDG sur le terrain. En retour, Omar Bongo leur déléguait les moyens avec un objectif basé sur les résultats.

Avec les Emergents, tout a changé mêmes les Comités Permanents ne sont plus sures de leurs investitures encore moins les Bureaux Politiques. Le membre du Bureau politique est désormais un chômeur sans poste administratif pendant que les opposants sont des supers DG et Ministres. Avec les Emergents un Comité permanent est Ministre délégué vraiment du mépris et d’autres qui vont faire la queue au Stade pour prendre leurs bons de caisses quel pays !

La désacralisation des cadres et dignitaire du PDG est devenu un modèle de gestion. Ajouter à ça,  le mensonge et la mystification comme nouveau modèle de gestion des cadres comme des enfants de la maternelle.

La situation actuelle du PDG laisse apparaitre une volonté manifeste de l’Exécutif à affaiblir certains cadres au détriment des mystificateurs. Le SG et le DCDCP brillent par un amateurisme notoire et un mépris envers les dignitaires et hauts cadres du PDG.  Comment le premier parti du Gabon n’arrive pas à designer les candidats ? Les habitus de l’opposition s’emparent du PDG aujourd’hui grâce aux profito-situationistes.  Le SG du PDG se nourrit aussi des rumeurs comme un simple militant au point que certains membres du Comité permanent et du Bureau Politique ne considèrent plus sa parole car trop de mensonge.

Il faut dire que cette situation inédite révèle le  manque de considération que le DCP  a à l’écart des dignitaires du PDG. Mais il faut retenir que le Woleu-Ntem est vraiment prêt à tout. L’Exécutif du Parti doit savoir que les services de renseignements qu’il envoie sur le terrain ne sont pas les militants du PDG. Les PDGistes du Woleu-Ntem attendent la confirmation de leur choix lors des élections des Bureaux politique en novembre 2017. Un autre choix entrainera la perte des sièges au premier tour au détriment des indépendants.

En un mot, aucun choix fantoches ne sera admis au G9