G9

Il y a un adage populaire  et  xénophobe  du Woleu-Ntem qui dit que « si tu trouve un camerounais et un serpent dans ta maison, tue d’abord le camerounais  car c’est le plus dangereux des deux ».

De prime à bord, certains lecteurs ne comprendront pas le rapport entre  cet adage populaire du G9 avec le titre de notre article. Mais ceux qui connaissent bien la réalité politique du G9 approuvent sans commentaire. Mes chers lecteurs vous vous demandez  si votre blog  à un problème personnel avec René Ndemezo’o Obiang. La réponse  est non, car sur le plan personnel il n’existe aucun problème avec René Ndemezo’o.  Mais sur  sa gestion politique  oui nous avons un gros problème car ce ressortissant de la commune de Bitam et du clan Essandone est un véritable virus pour la province du Woleu-Ntem.

Chers lecteurs, sa démarche politique qu’il fait partager au régime actuelle depuis 30 ans  et seul lui est capable d’être leur réel soutien. Il s’emploi donc depuis toujours à trancher les têtes de tous les valeureux filles et fils du Woleu-Ntem avec la collaboration bien sur des personnalités politiques non originaire de la province qui ne veulent pas voir émerger certains acteurs. Cette démarche vise a anéantir tous acteurs politiques du G9 et assure ainsi leur positionnement auprès d’Ali Bongo. Mais ce qu’ils oublies c’est qu’en voulant tellement réduire à zéro ce qu’ils appellent le phénomène Mba Obame , ils crées chaque jour des inimitiés entre Ali Bongo et les populations du G9 qui sont fatigués de voir les hommes et les femmes qui se battent jour et nuit se faire humilier et ignorer par les nains politiques.

Sous le fallacieux prétexte  que les femmes ne peuvent  pas constituées  le leadership dans le septentrion, René Ndemezo’o Obiang livre une guerre sans merci aujourd’hui à Flavienne Nfoumou Ondo du clan Essandone dont lui-même semble t-il avait proposé a Ali Bongo. Estelle Ondo devient à ses yeux une menace et pourtant c’est ce même René Ndemezo’o qui avait précipité son débauchage à l’Union Nationale.

De plus,  il affirme haut et fort que depuis la nuit des temps,  le leadership provincial échoir toujours entre les mains d’un fils d’Oyem ou Bitam vu que ces deux départements constituent à eux seuls 80% de la population du Woleu- Ntem. Fort de cet argument  et dans sa démarche machiavélique  sur la  récupération  du leadership, il souffle aujourd’hui tant à l’oreille d’Ali Bongo Ondimba que de son entourage que Francis Nkea originaire de Minvoul ne fait pas le poids ni politique ni socioculturel.

 En conséquence, ce dernier ne peut en aucun cas aujourd’hui représenter la province du G9 au détriment des cadres des départements précités. Ce qui fait visiblement de Francis Nkea sa principale cible de même que les ministres du Woleu-Ntem. 

Ces deux exemples doivent servir d’école à ceux qui suivent encore Ndemezo’o sans réfléchir. Un jour vous allez vous retrouver sur sa ligne de mire.  

L’objectif visé par Ndemezo’o à terme du dialogue politique actuel selon ces lieutenants est d’obtenir du Président Ali Bongo avec le soutien de ses promoteurs à savoir Alain Claude Bilie Bi-Nze et Ali Akbar Onanga le poste de Vice-président. Ce positionnement lui permettra d’assurer le leadership provincial. Ainsi, il sera le maitre et seul  compositeur de l’avenir politique des cadres du Woleu-Ntem. Il pourra ainsi solder la carrière politique des élites du G9 à la demande de ses promoteur qui veulent à tout prix neutraliser les fils du G9 pour mieux préparer leur plan de sabotage de la politique d’Ali Bongo ainsi ils se présenteront en Moïs en 2023. Ce plan qui a échoué en 2016 est en marche aujourd’hui.

Au regard de cette situation, les élites politiques du Woleu-Ntem tant de la majorité que de l’opposition se préparent à riposter. Car si cette démarche de René Ndemezo’o et ses promoteurs  arrive à terme, ces ressortissants du G9 sauront qu’Ali Bongo Ondimba est lui-même auteur de cette stratégie machiavélique  et inique qui consiste à sacrifier l’avenir du Woleu-Ntem sur l’hôtel des arrangements politiques de façade.

Mais il y a lieu de dresser ici les conséquences de cette démarche à nos lecteurs pour voir les enjeux que la mauvaise démarche entrainera.

Offrir la gestion politique du Woleu-Ntem dans les mains de René Ndemezo’o sera une erreur fatale. Dont la première conséquence sera la montée de l’insécurité  dans le Woleu-Ntem car la tension sera très forte entre la majorité des sacrifiés d’Ali Bongo et le nouvel ami des émergents.

Sur le plan politique, le PDG va disparaitre au G9 pour laisser place à Démocratie Nouvelle. Ainsi le monstre de la commune de Bitam pourra en mettre en exécution son plan diabolique. Le G9 sera ainsi une base arrière d’une rébellion qui permettra de faire partir Ali Bongo car tout le monde le sait René Ndemezo’o Obiang explique bien que son plan B est en marche. De l’autre côté les acteurs politiques de la démarche d’Ali Bongo ne se laisseront pas faire. Ils vont multiplier les stratégies pour mettre en difficulté ce choix  porté sur Ndemezo’o. Bitam va revivre  la situation de 1996. Une lutte à ciel ouvert entre les adaptes de René et les partisans des autres acteurs.

Sur le plan géopolitique,  le Woleu-Ntem est une province frontalière avec une population fortement attaché aux mêmes valeurs culturelles. Le message sera très mal perçue car tout le monde le sait au G9 René n’est pas les bienvenus ni le blanc saint auprès des autorités de la Guinée Equatoriale et du Cameroun. Car ses multiples trahisons ne font plus de lui un homme intègre.

De l’autre, il y a cette majorité silencieuse  qui accuse René Ndemezo’o Obiang d’être à l’origine de la disparition de leurs enfants. Oui chers lecteurs, le G9 a payé le lourd tribu de 2016 avec une dizaine de morts. Ces familles attentent tout sauf la promotion de l’homme qui a jeté leurs enfants à la rue en les vendant un rêve que lui-même ne croyait pas.

En faisant Alliance  avec Ali Bongo, les familles comprennent enfin que le sort de leurs enfants était prémédité. Ces familles attentent que le plan de René soit accomplit pour ainsi se constituer en parti civile à la plainte de Jean Ping déposée à la CPI. Le pouvoir sera enfin mise en cause car tous les responsables des assassinats du 31 aout seront du même coté.  

Aujourd’hui, René Ndemezo’o raconte aux populations du G9 qu’il est le seul homme politique de la province qui parle à l’oreille du Président. Cette affirmation est faite devant les super services de renseignement sans que cela soit démenti.  Il sera utile qu’Ali Bongo soit bien claire sur ce positionnement car le jeu actuel ne rassure personne.

Prenons l’exemple du dialogue, la délégation du G9 a été choisi par René Ndemezo’o. ce dernier à choisi les représentants de la majorité et de l’opposition. Il est où finalement et à qui profite ce jeu.

Enfin, comment comprendre qu’une personne qui n’a plus de base ni de crédibilité politique réelle se trouve avec autant de pouvoir ?

Comment un individu vomit par la communauté Fang du G9 puis avoir l’attention d’Ali Bongo ?

Comment justifier la confiance portée dur un homme qui ne peut plus rassembler 200 Bitamois aujourd’hui ?

L’absence des réponses à ces questions entrainerait l’explosion du G9 car tous les acteurs politiques victime de cette mascarade et les familles des victimes du 31 aout  se préparent à réagir. La manière sera juste connue au moment opportun  et de cette réaction Ali Bongo et ses maitres à penser Alain Claude et Ali Akbar verront que le peuple du Woleu-Ntem n’est pas dupe.

 Jusqu’à quand René Ndemezo’o va continuer à nuire aux siens ?  Pourquoi on ne peut voir  briller que lui  et ses bras cassés. Le fait que Francis devient Ministre d’Etat est un malheur pour toute la province. Pourquoi cette obsession à tout détruire au passage ?  Et pourquoi Ali Bongo ignore la voix des acteurs politiques du G9 et les victimes du 31 aout ?

 NB : dénoncer les injustices du pouvoir sur le G9 via ce mail : bitamoyem@gmail.com .